vendredi 13 avril 2018

BVI


Toujours agréable de se retrouver dans les BVI…  L’endroit où notre aventure a débuté mais aussi plusieurs beaux endroits à redécouvrir… 

Après une nuit à Norman Island, le 30 mars, nous nous réveillons et plusieurs bateaux ont déjà quitté la baie, par ailleurs plusieurs voiliers sont à l’extérieur de la baie et se croisent : il y a course aujourd’hui ! Voilà pourquoi il y avait tant de monde dans la baie hier ! Nous quittons la baie, à notre tour, levons grand’ voile et génois en direction de Trellis Bay pour y rejoindre nos amis de Grand Cru pour le « Full Moon Party » qui aura lieu le 31 mars. Rapidement, on se rend compte que nous devrons composer avec les voiliers faisant la course, ça y est nous les croisons : nous ne sommes pas prioritaire sur ce bord (bâbord amure) et nous devons leur laisser le passage. Plus tard, nous les recroisons encore et cette fois nous sommes prioritaire. Nous roulons bien et nous tenons tête à des voiliers plus gros que nous. Les voiliers de la course empruntent un passage entre deux îles et nous laisse la voie libre, yess !

Nous arrivons à Trellis Bay pour constater l’ampleur des dégâts ici. Plusieurs bateaux jonchent la rive, sans doute poussés par Irma et Maria. Rapidement, nous allons à terre avec les amis de Grand Cru. Il y a quelques commerces qui sont ouverts mais plusieurs sont détruits et/ou en reconstruction : triste spectacle… Les nombreux arbres ne sont tout simplement plus là, on peut maintenant voir l’aéroport, c’est moins paradisiaque…

Centre d'Art qui a peinturé le bateau...





Nous retournons au bateau et nous décidons d’aller à Guana Island, un endroit méconnu et sauvage. Nous naviguons sous moteur jusque là et sommes très prudent car le profondimètre indique 10, 9…Shit, le profondimètre indique les profondeurs en mètres et non pas en pieds ! Nous nous détendons un peu et finissons notre approche vers Guana plus sereinement. C’est magnifique ici, certes le joli resto et bar ont été aplatis mais la végétation est demeurée presque intouchée. Notre nuit a été perturbée par le bruit de la chaîne sur les coraux/roches, dommage nous nous étions couchés un peu tard suite à une soirée des cartes sur Grand Cru… Nous nous déplaçons vers Monkey Point pour y faire de l’apnée avant le lunch, malheureusement la visibilité est mauvaise.

Bateau ancré derrière nous...
Après le lunch, retour vers Trellis Bay pour y prendre une balle de mouillage en vue du Full Moon Party de ce soir. Nous prenons la dernière balle de mouillage de disponible, ouf ! Nous soupons tôt, prenons un digestif sur Grand Cru et quittons vers le Full Moon Party. Il y a beaucoup de monde mais l’ambiance n’est pas celle du précédent et unique party auquel nous nous étions présentés avec, cette fois-là nos amis de Island (Myriam, Michel, Vincent et Alex). Tout même, une belle soirée qui se conclu avec une partie de cartes sur Grand Cru. Le dimanche de Pâques, nous allons à terre pour de l’internet et faire une mini épicerie.





Nous levons l’ancre pour aller rejoindre Ramble On et Grand Cru dans Beef Bay, superbe endroit très calme et sauvage. À 16h, c’est notre repas communautaire de Pâques : jambon-légumes et crêpes ! Belle soirée, bonne compagnie !

Le lendemain matin, Yolène et Dalynn font une sortie en paddleboard et marchent sur la plage : belle récolte de coquillage ! Nous avons un projet pour la journée : éliminer la rouille sur l’arche : grosse job. Pendant que nous travaillons sur la bateau, deux dauphins nagent autour des bateaux, Yolène plonge à l’eau et va nager avec eux, WOW ! Jean entend Yolène pousser des cris de joie au loin… Yolène est aux anges… un autre rêve devient réalité, pour elle !!!  Nous terminons finalement le projet, ouf. Nous relaxons un peu dès 16h… Soirée tranquille à bord.





P.S. Merci Reid pour les photos sous l'eau!!

Mardi, le 3 avril, nous levons l’ancre pour aller à Road Town : devons faire internet, les douanes pour extentionner notre séjour dans les BVI, aller chez Digicel et faire l’épicerie. Nous connaissons Road Town, c’est un peu dévasté depuis notre dernière visite en janvier 2017. Il n’y a plus d’internet chez Pussers. Nous nous dirigeons vers les Douanes, ces dernières ont été relocalisées au quai des bateaux de croisières. Nous allons au quai et nous demandons une extension de séjour : « Désolé, vous devez aller au Bureau Chef de l’immigration ». Ok, nous nous dirigeons vers le bâtiment bleu décrit. Nous attendrons environ 3 heures 30 pour obtenir une extension de 5 jours dans les BVI… bureaucratie maudite ! Nous quittons finalement Road Town à 16h et nous rejoignons Grand Cru à Dead Man’s Bay dans Peter Island pour une soirée pizza et une partie de Wizard à bord de Grand Cru.

Le lendemain matin, nous profitons du bassin de natation délimité par des bouées pour y faire, Dalynn, Yolène et Jean, un trente minutes de natation, super cool ! En après midi, nous allons faire de l’apnée à l’épave « The Rhone » à Salt Island. Très content de notre sortie, belle visibilité, un gros barracuda, et une bonne compréhension du fracas causé par l’échouage. Nous retournons à Deadman’s Bay sous moteur. Apéro à bord de Caffè Latte avec Grand Cru et soirée tranquille à bord.

Le lendemain, 5 avril, Jean fait une sortie en paddleboard avec Dalynn. Yo les rejoint à la nage sur la plage et elle poursuit en paddleboard avec Jean. Très agréable. Nous levons l’ancre à 9h30 en même temps que Grand Cru et nous naviguons sous génois en direction de « The Indians » pour une superbe sortie en apnée, nous prenons une balle de mouillage. Il y a de bonnes quantités de poissons, le relief y est magnifique et l’eau est d’un bleu à couper le souffle. Après le lunch, nous allons aux « Caves » (cavernes) et nous prenons une autre balle de mouillage. Peu de poissons, mais la topographie des lieux est intéressante : il s’agit de cavernes (il y en a quatre), elles sont plus ou moins profondes et certaine sont ouverte vers l’extérieur. Nous quittons ces lieux pour aller à Norman’s Island, prenons une balle de mouillage et allons à l’apéro au Pirates, un resto qui vient de réouvrir, suite à l’ouragan, ils ont rebâti l’endroit, et qui ma foi, est assez bien réussit ! Nous décidons de prendre une pause avant la fin du 4 à 6 pour mieux revenir pour le souper accompagné de Cathy et de Reid de Grand Cru. Nous retournons sur les lieux vers 5h45 pour constater que le menu a changé, les prix ont presque doublé et les tacos au poisson ne sont plus au menu  Pas le choix on retourne au bateau pour le souper…

Les caves...




Comme nous voulons aller au resto pour lunch, nous restons à la balle de mouillage et passons l’avant-midi à faire du ménage sur le bateau et autres petits travaux. Pour le lunch nous retournons donc au Pirates avec Kathy et Reid, cette fois et la bonne : les « fish tacos » sont au menu. Nous ne serons pas déçus, ils sont vraiment excellents. Nous levons l’ancre en début d’après-midi pour retourner à Deadman’s Bay, nous aimons bien cet endroit. Soirée Wizard à bord de Grand Cru.

Nous nous offrons un petit kilomètre de natation avec le déjeuner : quelle belle façon de débuter la journée ! Nous levons l’ancre pour aller à « The Bath » sous voiles. Pleine grand’voile et génois avec des vents de 8 à 12 nœuds, super navigation sans l’ombre d’une houle…Nous accrochons une balle de mouillage, nous lunchons et nous partons en dinghy. Nous visitons « The Caves » et « Devil’s Bay » c’est assez féérique. D’immenses roches arrondies par l’érosion causée par l’eau de la mer (elles étaient submergées à un moment) sont déposées deçà delà et crée entre les interstices un sentier dans le sable et l’eau de la mer. Nous retournons à l’annexe et nous voulons retrouver un endroit où les mêmes roches sont déposées mais cette fois plus éparses et on peut y nager dans moins de 2 mètres d’eau. Après une tentative infructueuse, nous retrouvons finalement cet endroit. Nous sommes comme des enfants : on s’y amuse ferme. Nous trouvons une ouverture en forme de canal carré entre deux roches. C’est très étroit et sinueux, à peine plus large que nos épaules et les vagues crées un doux ressac qui nous propulse au travers ce canal. Spectaculaire ! Nous quittons cet endroit de rêve, sous voile, en direction de Leverick Bay en espérant pouvoir faire l’apéro sur la plage, mais nous arrivons un peu trop tard et le temps semble incertain. Superbe journée bien remplie, on soupe tranquille à bord.

On a nagé pour se rendre au Bath...
il ne fallait pas mouiller nos vêtements!!!










La plus petite plage des Caraibes!!!!




Nous passons l’avant-midi à faire du lavage et notre ménage du printemps. Après le lunch, nous nous rendons à terre à voile avec l’équipage de Grand Cru à bord de Caffè Latte : nous adorons cet endroit et nous voulons voir comment l’endroit à ressentit Irma et Maria. Heureusement, l’endroit s’en est très bien sortit, plusieurs bâtiments ont été repeinturés mais clairement, il y a eu moins de dégâts ici qu’ailleurs. Nous en profitons pour faire un peu d’internet. Retour à notre ancrage. Apéro, champagne, foie gras, souper et Wizard une dernière fois sur Grand Cru : c’est l’heure des aurevoirs… Tout le monde est triste, nous avons eu tellement de belles aventures ensemble. Nous devons poursuivre notre route vers Antigua, puis St-Martin en passant par St-Barth. La fenêtre météo est bonne et nous lèverons les voiles demain vers 15h pour St-Barth. Nous nous couchons finalement assez tard.




Mardi, 9 avril, nous nous levons plus tard qu’à l’habitude et nous retournons à terre pour un peu d’internet encore et y faire notre dédouanement. Nous finalisons la préparation du bateau en prévision de notre sortie de 20 heures de navigation qui nous amènera à St-Barth. À 15h, nous levons l’ancre et nous passons près de Grand Cru pour les saluer une dernière fois, Grand Cru est à vendre et ils ont reçu une offre… Nous levons la grand’ voile avec deux ris et mettons le génois. Nous faisons un premier bord pour améliorer notre angle par rapport à notre destination, puis au bout d’un heure nous faisons un virement de bord pour prendre notre cap pour St-Barth. Rapidement, nous constatons que la mer est plus houleuse et que nous aurons besoin de plus de puissance pour passer les vagues et garder un bon rythme, nous larguons un ris, puis un deuxième. Nous filons maintenant, au près serré, avec une pleine grand’voile. Notre étai largable a été positionné pour ne pas nuire à nos virements de bord. L’étai largable est un peu lâche et Yolène va au pied du mât pour le resserrer un peu. Elle constate que le bas hauban du côté sous le vent est très mou, Jean va voir et effectivement ça n’a pas de bon sens, il nous reste plus de 18 heures de voile pour se rendre à destination, en majorité de nuit. Jean prend la décision de rebrousser chemin à Leverick Bay pour préserver l’haubanage et le mât. La grand’voile est affalée et nous roulons sous génois seul au grand largue ce qui ménage le grément. Nous jetons l’ancre à côté de Grand Cru à 19 heures. Ils ne sont pas à bord, ils assistent à un spectacle et serons de retour sous peu. Nous prenons une douche en les attendant. Finalement, ils arrivent en annexe à leur bateau. Yolène a une lampe puissante et elle les éclaire, puis elle éclaire notre bateau, plusieurs fois de suite mais ils ne réagissent pas… Yolène décide de leur crier son célèbre : « Holà ! » Cette fois ils réagissent : « Yeah !!! Caffè Latte !!! ». Reid viens nous voir en annexe et nous invite à bord pour une soirée impromptue. Nous acceptons, évidemment. Nous jouons au Wizard après leur avoir expliqué la raison de notre retour.

Le lendemain, nous nous levons et Jean a compris durant la nuit ce qui s’est passé : le haubanage s’est « détendu » suite à une légère déformation du bateau (ce qui est tout à fait normal) et puisque nous avions une pleine grand’voile (ce qui est plutôt rare pour nous), sous 16 nœuds de vent, le mât a fléchi sous le vent causant une détente du bas hauban sous le vent. Nous devons retendre l’haubanage. Nous appliquons du WD-40 sur les ridoirs et nous laissons le produit agir durant le déjeuner. Jean sort ses outils pour tendre les ridoirs. Cela s’avère impossible : ça semble saisit… Reid et Glenn avaient mentionné qu’ils avaient des outils pour les ridoirs. Jean va sur Grand Cru pour prendre les outils. Retour sur Caffè Latte : rien n’y fit. Jean retourne sur Grand Cru pour récupérer Reid pour l’aider : rien n’y fit. Jean se résout à aller à Spanish Town pour avoir recours à un « rigger », quelqu’un qui est spécialiste de l’haubanage. Jean le contacte par téléphone et il se rendra disponible pour jeter un coup d’œil et poser un diagnostic. Nous levons l’ancre et filons vers Spanish Town sous génois seul, au grand largue. Nous avons un autre souci : nous avions fait notre sortie des BVI aux douanes et nous sommes de retour…Nous décidons, en tant que bons canadiens, de leur expliquer notre situation et de solliciter leur aide. Nous nous rendons aux douanes et leur expliquons notre cas. Ils sont très coopératifs, et nous accorde une extension de 7 jours pour procéder aux réparations. Nous rencontrons Jeff le spécialiste de l’haubanage et il nous suggère d’aller à la marina pour y effectuer les travaux. Ce que nous faisons. Nous sommes un peu inquiets de la profondeur des eaux, mais nos éventuels voisins de quai nous rassurent. Nous nous lançons. Nous prenons notre quai et tout est OK. Jeff arrive et applique un produit miracle sur les ridoirs. Il reviendra sur le bateau, le lendemain, vers 8h30 car il sait que nous devons quitter la marina à 11h. Nous passons une bonne nuit à quai. Jeff arrive au bateau à 10h30, bienvenue dans le monde du nautisme. Les bas haubans ne sont pas récalcitrants. Jeff les tend sans problème. L’étape no. 2, tendre les galhaubans du bas :  plus complexe. Nous devons les détendre, les nettoyer et les retendre. Pourquoi ? Ils sont saisis par la poussière du sable du Sahara…Les particules transportées par les vents d’est sont si légères et ténues qu’elles s’accrochent à l’haubanage et lorsqu’il pleut elles s’infiltrent dans les pas de vis des ridoirs…Ah ben tab… Jeff a la solution, on démonte, on nettoie avec un produit anti-corrosion puis on remonte avec un gel de téflon et ça va être bon pour 30 ans ! Nous procédons avec méthode, nous redressons le mât (bonne idée de ne pas continuer à naviguer) et au final tout l’haubanage est fonctionnel et bien tendu…Ouf, une tâche inclue dans les préparatifs de la traversée qui est réglée avant l’heure. Jean a bien appris de son contact avec Jeff. Puisque la journée de travail s’est terminée à 17h30, nous restons une nuit plus à la marina.


Lors des ouragans avec des vents de plus de 200 milles à l'heure,
même les taquets cèdent...

Parfois même, ils quittent le quai avec le bateau...
Jeudi, nous quittons la marina vers 10h et nous nous dirigeons vers Great Harbour pour y passer la nuit. Nuit venteuse mais calme, peu de mouvement ressentit dans le bateau. Vendredi, 13, la journée commence bien : de la pluie ! Enfin, ça doit bien faire quelques semaines que nous n’avions pas eu de pluie. Jean va sur le pont en maillot de bain avec une brosse, il nettoie le pont. En avant-midi, nous allons à Road Town, pour faire de l’internet, faire une mini-épicerie et nous dédouaner en vue, si les conditions météo le permettent, de partir dimanche matin 6h vers possiblement St-Kitts. En après-midi, nous allons à Leverick Bay, le point de départ pour rallier notre prochaine destination.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire