samedi 15 juillet 2017

Grenade pour un long séjour...


Un grain se dirige sur nous durant la navigation
En ce vendredi, 7 juillet, nous quittons Carriacou pour se rendre en Grenade.  Nous levons l’ancre à 8h30 croyant avoir à faire une navigation d’une vingtaine de milles marins… erreur, notre mémoire nous a joué un tour, en fait, il s’agit plutôt d’une ballade de 34 milles marins. Les vents sont comme prévus à 10-15 nœuds. Nous partons avec notre pleine voilure au portant puis au travers. Nous prenons soin de laisser sur notre bâbord le périmètre de sécurité de 1,5 km du volcan sous-marin « Kick ’em Jenny ». Dès que nous atteignons l’île de Grenade, le vent tombe. Nous enroulons le génois, gardons la GV en place et lançons le moteur : nous faisons du « motorsailing ». Cette technique permet de prendre avantage du peu de vent présent, avec l’aide du moteur, nous accroissons la vitesse du bateau, augmentant ainsi le vent « apparent » et ainsi le bateau bénéficie de l’apport du moteur et de la voile pour se propulser. Nous arrivons dans la baie de St-George vers 15h30, sous un soleil magnifique. Ici, nous sommes tout près de la capitale, ce qui n’empêche pas l’eau d’être hyper limpide et accueillante pour la baignade ! Nous amis de New Vision sont non loin de nous.

Nous serons en Grenade jusqu’en septembre. Notre bateau sera sorti de l’eau à la Marina de Clarkes Court le 11 août, d’ici là, notre objectif est de découvrir la Grenade : l’île aux épices.
Marina où le bateau sera sorti de l'eau
Dimanche, en après-midi, nous allons sur la plage magnifique de Grande Anse en compagnie de Petra et Robert. Nous achetons un collier d’épices (clous de girofle, muscade, cannelle et autres) négocié à 15 EC par les filles : good job ! Ce collier embaumera le bateau de ses parfums…


St-George vue de la plage de Grand Anse
Lundi, nous avons un tour de l’île dans un minibus avec Cutty et sa fille Maya. Nous quittons à 9h00 et nous revenons à 17h00, entre temps nous aurons découvert une portion de cette île magique. Cutty nous parle de l’histoire de son pays et nous montre ce que la nature a de meilleur à nous offrir : épices (cannelle, muscade, girofle, etc…), fruits (mangues, caramboles, pommes, ananas, bananes, limes, avocats etc…). Il nous amène à des endroits où nous pouvons cueillir ces fruits gratuitement…et nous en profitons ! Nous allons aux chutes Anandale : wow !  Nous avons droit aussi à la rencontre de singes « mona », ils sont mignons comme tout et très habiles pour prendre les bananes que nous leur tendons.
Vue de l'ancrage, à St-George

Cutty nous offre de la cannelle et du curcuma







Sous la pelure rouge, se trouve une muscade

Les cabosses de cacao

Des caramboles

Nous dinons dans un lieu magnifique où la nourriture est à la hauteur de la beauté des lieux, au préalable nous avons visité deux chocolateries artisanales.

Après le repas, nous visitons la rhumerie Rivers, où les techniques de production n’ont pas changé depuis 1850 : une gigantesque roue hydraulique fournit l’énergie nécessaire au broyage de la canne à sucre. À l’aide de la bagasse (résidu de canne à sucre broyée), une chaudière est alimentée pour concentrer la teneur en sucre du jus de canne de 5% à 15% (c’est la seule rhumerie visitée qui procède ainsi). Par la suite, la fermentation à l’air libre a lieu dans des bassins en béton. Le « vin » est par la suite distillé dans un alambic très simple, alimenté en énergie par la combustion du bois, où il atteindra un minimum de 75% d’alcool. L’embouteillage est réalisé à la main. Nous achèterons une bouteille de rhum Rivers à 75% : parfumé à souhait.

Roue hydraulique pour alimenter la machine qui broie la canne à sucre

Cuve de fermentation ouverte, de la chaleur s'en dégage

L'alambic multi-centenaire

Un travailleur, sa tâche: remplir les thermos à jus de rhum...

Le remplissage se fait à la main...
Mercredi, nous allons avec New Vision à Grand Étang. Nous empruntons le système de transport en commun de l’île : assez impressionnant. Des minibus sillonnent l’île sur 9 trajets différents, on n’attend pas plus de 10 minutes pour voir arriver un bus et le coût d’un trajet varie entre 2,50 et 5,00EC (entre 1,25$ et 2,50$ canadien). Nous faisons la randonnée du Mont Qua Qua dans des conditions un peu boueuse, « rain forest » oblige… Ici, il tombe environ 160 pouces de pluie par année (environ 4m). Au niveau de la mer, à St-George, il en tombe quatre fois moins. Une belle randonnée de 2h30.



Nous retournons à St-George après le lunch et nous nous arrêtons au « fish market ». Surprise : grande variété de l’offre (mahi mahi, requin et thon) à des prix incroyables. Le thon se vend 7,50EC la livre (3,75$ CND pour nos lecteurs français, 2,75Euro) et le requin 5,00EC la livre (2,50$CND) : qui dit mieux ? Nous prenons 4 livres (2Kg) de thon que nous mangerons en tartare et en steak sur le BBQ : miam !!! On se promet d’y retourner pour le requin que nous ferons en fish burgers sur le BBQ…

Jeudi, nous faisons des menus travaux à bord et en après-midi, Jean et Robert vont à terre pour s’informer de frais de douanes pour les pièces pour le bateau que nous ramènerons du Québec. Il a plu toute la nuit… et encore, vendredi tout l’avant-midi… En plus, ce fut une nuit rouleuse…  Bref, après le lunch, nous quittons la baie pour se rendre à Blue True Bay, 5 milles marins plus loin : endroit tranquille et relaxe.      

Aucun commentaire:

Publier un commentaire