mercredi 24 mai 2017

Les Grenadines


Depuis le 8 mai dernier, nous avons refait les Grenadines et en avons profité pour faire des réparations sur le bateau. Départ de St-Vincent, le 7 mai, à marée haute (pour nous permettre de sortir la marina sans toucher le fond!!), soit en après-midi en direction de Bequia, au portant, jolie navigation. Nous sommes de retour à Admirality Bay pour 2 nuits. Nous en profitons pour faire l’épicerie, acheter des fruits et légumes et faire le plein de propane. Certains produits, le propane, par exemple, sont vendus à des prix ridicules. Nous avons deux bombonnes de 5 lbs (environ 2.3 kg) et une bombonne de 10 lbs (4.5 kg). Combien ça coûte pour 20 lbs de propane ? Eh bien croyez-le ou non, ça tourne autour de 100$ canadiens ou environ 70 Euros. Au Canada, nous en aurions eu pour 25$.

Nous profitons de l’endroit pour faire quelques menus travaux sur le bateau à commencer par le carénage du bateau de façon très pointue, ça fait du bien, nous glisserons mieux dans l’eau. Nous ôtons la rouille sur l’acier inoxydable (?!) ; Gérald nous faisait remarquer qu’en anglais le terme « stainless » était plus près de la vérité… En effet, le « stainless » stain (tache) less (moins) que les autres aciers. Nous colmatons aussi certains trous (dédiés à y faire passer des fils électrique) dans notre arche pour minimiser les infiltrations d’eau de pluie. Nous réglons le problème du radar, le sertissage du fil positif avait cédé… et nous installons les lattes dans les moustiquaires : yé, ils sont fonctionnels à nouveau !

Le 10 mai, nous quittons Bequia à destination de Canouan, nous serons seul dans Rameau Bay, après une belle navigation sous un magnifique soleil : ça faisait un petit bout qu’il se cachait celui-là. Nous avions mis le Watt&Sea à contribution et les batteries étaient fort heureuses à l’arrivée. Nous effectuons de réparation au génois. Nous avions remarqué lors de la navigation quelques endroits où nous devions intervenir pour solidifier la voile : bonne chose de faite ! Nous nous déplaçons, le lendemain, pour aller à Charleston Bay. Nous sommes bien ancrés et nous allons dîner au resto où nous prenons un fish burger : déception .

Le lendemain, le 12, nous quittons pour Mayreau, nous irons à Saline Bay. Très jolie baie, vraiment un bon ancrage. Nous finalisons le colmatage des trous de l’arche avec des bouchons en caoutchouc…
Saline Bay

Village de Mayreau en arrivant à Saline Bay

Troissant Bay

Le lendemain matin, cap sur Tobago Cays, navigation à moteur. Sur les conseils de nos amis de Taima, Jorge et Marianna, nous allons faire les récifs près de la passe à dinghy, dans les coraux : il y a plus de courant, mais plus de nutriments pour les coraux et plus de poissons, c’est top ! Nous passons une mauvaise nuit, au Tobago Cays se sont les récifs qui agissent comme brise-lames, quand il y a beaucoup de vent, ça ne suffit pas toujours à calmer le jeu.

Tobago Cays, c'est à couper le souffle...


On ne se fatigue pas de voir le bleu de l'eau!!


Comme c’est aujourd’hui la Fêtes des Mères et que nous n’avons pas d’accès internet pour mettre des sous dans notre cellulaire pour nous permettre d’appeler nos mères, nous filons vers Chatham Bay sur Union Island sous génois seul. Nous nous ancrons et faisons une sortie en apnée, bof. Nous téléphonons à nos mamans. Nous passons une nuit assez déplaisante causée par de bourrasques de vent qui dégringolent de la montagne… le matin venu, nous nous désancrons à un endroit qui semble plus calme, peine perdue. Nous devons monter dans le mât pour vérifier l’état des lieux, nous décidons de retourner vers Rameau Bay : un havre de paix. En route vers Rameau, nous pêchons et, comme d’habitude, nous faisons chou blanc. Sauf que, mince consolation, notre hameçon a été arraché et notre leurre bouffé. Nous avions quelque chose au bout de la ligne à un moment donné…meilleure chance la prochaine fois. Nous jouissons enfin d’une bonne nuit de sommeil.



Tôt en matinée, nous grimpons dans le mât, ça bouge un peu, mais bon : tout est normal. Nous nous attaquons à la base de l’étai d’où nous soupçonnons une source d’infiltration d’eau. En effet, il y a un endroit qui est mal obturé. Nous ôtons tout le calfeutrage et nous recommençons. Cette fois nous allons réaliser le colmatage par couches successives. Ça semble fonctionner, yesss ! Nous nous récompensons en après-midi avec une sortie d’apnée : très belle sortie.




Le lendemain, le 17 mai, nous quittons tôt après le dej pour Petit St-Vincent (PSV). Belle navigation au travers, avec un ris dans la Grand-Voile et plein génois : super cool ! Petit St-Vincent est vraiment un très joli endroit. Nous relaxons et faisons deux sorties en apnée qui s’avère décevante . Le 18, nous sautons dans l’annexe tôt le matin pour aller à Mopion Island (nous croyons que mopion est le mot créole pour morpion, il y a aussi, à côté une Pinese Island, punaise ?). Wow, nous avons la minuscule île à nous seuls ! L’apnée près des récifs n’est pas intéressante, dommage. Nous retournons au bateau pour nous changer, nous visiterons la très « classe » Petit St-Vincent, une île privée. Nous mangeons au Beach Bar pour le lunch : il y a mieux pour la bouffe mais pour le décor c’est imbattable ! En après-midi, nous allons à Petite Martinique en annexe et nous la visitons brièvement.

En route vers PSV, à Mayreau, des kiteSurfeurs...

Bateau de près de 200 pieds ancré à côté de  nous...

Resto Bar vu de notre bateau
Voici Morpion... magnifique...

Une vraie photo de carte postale...


Jardins de PSV




C'est PSV vu de Petite Martinique
Entrée de l'église à Petite Martinique

Le lendemain matin, le 19 mai, la bougeotte nous gagne et nous décidons qu’il nous faut quitter les Grenadines, donc nous naviguerons jusqu’à Union Island, à Clifton, pour y faire notre sortie de douane. Nous nous ancrons et nous utilisons un water taxi pour nous rendre à terre. Nous allons à la douane et nous devons nous rendre à l’immigration à l’aéroport : ce n’est pas Charles de Gaule 😉. Nous faisons un tour chez Digicel pour acheter un forfait data et voix et nous faisons la tournée des épiceries. Nous retournons au bateau en taxi. Nous essuyons deux grains après le lunch et nous décidons de nous ancrer dans une baie située à 1 mille marin environ : Frigate Bay. Nous nous y installons. Il y a quelques bateaux qui font du « kite boarding » : c’est spectaculaire ! Il y a un type qui est très fort : il fait des acrobaties dans les airs et retombe invariablement sur son « board » et continue à filer comme si de rien n’était. Tous ces bateaux quittent la baie en fin de journée et nous nous retrouvons seul avec un bateau de pêche illuminé pour la nuit, faisant tourner son moteur. Yolène dort d’un œil, elle est craintive. Le lendemain, nos amis de Taima viennent nous saluer : eux rentre au Canada pour l’été et devrons remonter vers le nord jusqu’à Antigua. Nous leur souhaitons bons vents et nous quittons vers Carriacou.

Aéroport de Union

Union, les gens y étaient très sympathiques

Frigate Bay



Une nouvelle étape commence pour nous : la découverte de la Grenade. Après une suberbe navigation, hélas trop courte, nous nous ancrons peu après midi. Nous faisons les formalités douanières et retournons au bateau pour le lunch. Nous allons voir un centre de plongée qui nous a été recommandé, et nous nous inscrivons pour une « plongée découverte » dès lundi matin. Richard et Diane de Lumbadive sont des québécois et ils sont très sympa. En soirée, nous allons au resto pour une excellente, mais « dispendieuse » pizza. Nuit correcte, mais passablement de vent.

Dimanche, nous faisons notre ménage du printemps à bord : la cave à vin est lavée de fond en comble et nous nous attaquons aux moustiquaires : nous les enlevons et procédons au lavage complet de ces derniers…ouf, ils étaient dûs ! En après-midi, apéro avec Bob et Ginette de Pinnacle, des habitués des Caraïbes qui sont arrivés quelques heures après nous dans la baie de Tyrrell.

Lundi matin, nous avons fait notre plongée découverte….  Wooooowwwwwwwwwwwww!!  Nous avons adorés.  Notre première sortie de plongée a été fait dans 20 pieds d’eau et la flore et faune étaient de toute beauté.  Nous nous sommes donc embarqués dans la certification pour Open Water Diver… on vous revient avec des photos à l’appui.

Bye

Aucun commentaire:

Publier un commentaire