jeudi 16 mars 2017

De la Martinique à la Dominique


Lundi, le 6 mars, nous allons à terre pour le lavage et l’épicerie. Tout se fait rapidement et nous retournons au bateau vers 11hres. Outre les vagues créées par les traversiers, l’ancrage à Fort-de-France est génial.  Nous avons accès à un super « dinghy dock » situé en plein cœur de la ville de plus, la protection est bonne.  Donc, nous dînons et nous retournons à terre, cette fois avec nos vélos. Nous allons chez Digicel pour un forfait de données et téléphonie. Demain, nous voulons aller aux Jardins de Balata, nous irons par bus, nous voulons acheter nos billets d’avance et voir où se trouve l’arrêt pour l’autobus 25. Nous achetons des billets « alé – viré » (allez – retour)! Nous décidons d’aller voir Island qui est à la marina Z’abricot. La carte que nous avons est muette sur l’emplacement exact de la marina, mais, Yolène avec son sens de l’orientation hors pair, nous conduit à bon port. Nous retrouvons Island avec plaisir, ils ont un ami sur le voilier : un petit chat noir qui loge sur le dessus du dodger. Au retour, en vélo, nous arrêtons au Carrefour à F de F pour une petite épicerie.

Comme convenu, au réveil, nous déjeunons et nous filons vers le quai à dinghy pour nous diriger par la suite au « cimetière des riches » là où se trouve le départ de la 25. Nous arrivons aux Jardins de Balata vers 10h15 et Island arrivera vers 10h30. Nous visitons ces Jardins qui sont conçus comme une œuvre d’art. Tout a été créé par la main de l’homme, des étangs au plantations en passant par les passerelles suspendues qui sillonnent le site. Une jolie maison nous accueille au départ et de nombreux colibris s’abreuvent aux distributeurs d’eau sucré accrochés aux arbres. C’est un bel endroit mais ce n’est pas wow. Nous quittons Island et nous retournons sur F de F en bus et en profitons pour manger notre lunch.










Le soir venu, nous décidons d’acheter des pizzas chez « Pizza la vista » et ma foi, elles sont délicieuses : à refaire! Pendant la journée et jusqu’à 20hres, environ, les navettes rendre le mouillage rouleur et ça commence à nous agacer sérieusement. Nous convenons de quitter Fort de France pour nous rendre aux 3 îlets qui se trouve à 3MM. Le lendemain, nous naviguerons sous génois seul, une belle petite sortie à la voile. Nous nous ancrons près de deux jolis bateaux, un Hallberg Rassy 42 et un Thompson (sous toute réserve) 52 un bateau anglais dont seulement 4 exemplaires ont été construits. Partout autour, il y a environ une dizaine de bateaux abandonnés : des catamarans, des monocoques du genre Open 40, un trimaran d’au moins 60 pieds…triste spectacle. Nous mettons le dinghy à l’eau pour aller voir la petite ville. C’est petit mais il y a une pâtisserie, une église, une place publique et un café internet payant. Nous retournons au bateau et contactons un locateur de voiture : nous voulons une voiture pour demain qui nous sera livrée vers 9h30 dans le stationnement près de l’église. Au programme une session de canyoning dans les gorges de la Rivière de la Falaise. Le canyoning c’est un parcours en rivière où l’on se déplace en utilisant des points d’ancrage à disposition : nous serons mouillés donc prévoir souliers qui peuvent aller à l’eau et maillots de bains. Nous récupérons la voiture comme prévu à 9h30. C’est une Peugeot 301 blanche : une berline, manuelle, moteur diésel de 1.6 L, cool auto. Nous raillions Fort de France par la Nationale puis empruntons une route qui sillonne le centre de la Martinique et qui nous amènera près du Mont Pelé à L’Ajoupa Bouillon. La route est sinueuse à souhait, la forêt est luxuriante : Jean, au volant, s’amuse. Tous les passages de rivières sont identiques : le pont est étroit est peint en blanc, à l’approche il y a un long virage à gauche qui nous amène au pont et où nous sommes « aveugles », donc nous ralentissons, puis un virage court sur la droite après le pont étroit, qui se négocie un véhicule à la fois, puis une longue montée qui se termine par un virage sur la gauche. C’est simple, bien pensé, sécuritaire et efficace.





Nos amis de Island, qui avait leur voiture avant nous, nous texte pour nous dire que suite aux conditions météo des jours derniers (et oui, il a plu des cordes pendant 4 jours!) le canyoning est fermé aujourd’hui…zut! Plan B : sandwich au Morne Rouge puis direction Mont Pelé où nous ferons le sentier Grande Savane situé au village Prêcheur. Pour se rendre, au début du sentier, la route est très pentue, très très pentue. À un moment donné, des travaux d’élagage nous forcent à nous arrêter dans une pente assez abrupte. Pour repartir, nous dérapons et calons le moteur. Alex, qui est à bord déclare qu’il a eu la peur de sa vie… Nous redémarrons, re dérapons et nous continuons notre route. Ouf!!  Au départ du sentier Grande Savane, il y a ou plutôt, il y avait un stationnement, nous sommes contraints de nous garer le long de la route : pour le retour il faudra faire demi-tour sur ce chemin étroit . Nous commençons la montée et rapidement la pluie se met de la partie. Nous faisons fi de la pluie et nous continuons : parfois c’est ridicule comment il pleut fort… Après une heure de marche, nous faisons demi-tour et redescendons, prudemment, car c’est un peu glissant. Nous arrivons aux voitures à la pluie battante. Nous ouvrons le coffre pour accéder à des vêtements secs et tentons de les enfiler : ce n’est pas simple de rester au sec! Michel est devant nous et il ouvre la voie pour le retour vers la civilisation, une ou deux voitures ont déjà quitté les lieux et ce sera plus simple pour faire demi-tour.

Nous saluons nos amis car nous voulons aller à la rhumerie Neisson située à Carbet. La visite des lieux est ponctuée d’écriteaux qui décrivent de façon chronologique l’élaboration du rhum agricole. C’est sympa, Jean replonge dans son passé d’ingénieur chimique (fermentation, colonne à distiller, mélange). La visite se conclue avec une dégustation : Yolène choisit un rhum veillit en fut de chêne façon « ti-punch », Jean choisit plutôt un rhum Vieux à 45 degrés. Excellent! Nous achetons une bouteille de rhum Vieux et deux verres à l’effigie de la rhumerie Neisson. De retour sur la route en direction des 3 îlets, il pleut toujours. Nous arrêtons à l’Hyper U pour une épicerie et nous croisons Michel (qui avait déposé le reste de la bande au Z’abricot) : le hasard! Nous repartons vers les 3 îlets et il pleut toujours. Nous garons la voiture près de l’église, il pleut toujours. Une accalmie, nous prenons les sacs d’épicerie et nous marchons, puis courons vers le quai à dinghy, il s’est remis à pleuvoir. Nous attendons un peu, nouvelle accalmie. Nous filons au dinghy, nous partons vers le bateau, dans le noir, et, il se remet à pleuvoir. Nous arrivons détrempé, mais ayant réussi à sauver la baguette des flots. Yesss! Une douche rapide et nous revoilà ragaillardi !





Le lendemain, nous devons remettre la voiture à 10h00.  Nous en profitons pour aller faire de l’internet à la cyber base, le tarif : 1 Euro de l’heure ! Et c’est assez rapide. Le vent se lève, nous sommes plus ou moins bien protégé. Nous dînons et nous filons en direction de l’Anse Mitan au moteur pour 3 MM. Le lendemain, c’est le départ pour la Dominique mais nous prévoyons arrêt à St-Pierre, en Martinique. Superbe navigation avec des vents de 15 à 22 nœuds. Nous apercevons Island à St-Pierre qui, eux, devaient aller directement en Dominique. Nous nous ancrons près d’eux. Ils nous apprennent qu’une des drosses (ce qui relie la barre à roue au gouvernail) a lâché. Ils sont demeurés manœuvrant en utilisant l’autre barre à roue. Ils devront attendre à lundi pour effectuer la réparation. En après-midi, nous faisons une randonnée jusqu’à la Vierge des marins avec eux. En soirée, souper pizza sur Caffè Latte avec la fameuse pâte à pizza croute mince de Yolène, étendue à la bouteille de vin faute de rouleau à pâte! Cuisson au BBQ, c’est un succès ! Nous terminons la soirée un peu tard, nous reporterons notre départ vers la Dominique d’une journée.

On passe juste à côté du cimetière


Vue de la baie

Vue de St-Pierre

Vierge des marins

Une minute de recueillement


Au lever, il fait beau : enfin! Nous en profitons pour faire sécher nos vêtements de la randonnée au Mont Pelé, pour faire une sortie d’apnée près de statues de sirène immergées. Nous en profitons également, en après-midi, pour caréner la coque. Vincent, du voilier Island, qui est capitaine de dinghy, a formé Yolène…  Très heureuse, elle se promène maintenant seule, en dinghy, lorsque nécessaire !! Souper relaxe à bord.

Mont Pelé sans nuage...

Nous quittons St-Pierre à 7h30 en direction de Portsmouth, Dominique. Nous avons de jolis vents de 16 à 22 nœuds puis un peu plus faible. Nous avons 2 ris dans la grande voile et nous filons super bien. Nous arrivons à rattraper 3 bateaux partis plus tôt et que nous apercevions au loin. Nous avons fait 56 MM de pur bonheur! Apéro sur Ambition avec deux autres bateaux de Montréal : Unity, un Hunter 50 avec skipper Jean-Claude et un Tartan 41 avec skipper François. Nous quittons le 5 à 7 assez tôt, fatigué de notre longue navigation. Le lendemain, matin nous faisons nous formalités douanières et allons chez PAYS pour y faire de l’internet. Au retour, un peu avant midi, nous arrêtons saluer Jayana, des amis de Island, une famille qui fait comme eux les Caraïbes. Sylvain et Sounda sont très gentils. Ils partent pour trois nuits dans la jungle où ils feront des sorties nocturnes pour chasser…les insectes! À suivre… Nous allons sur Ambition en après-midi pour leur proposer une randonnée. Souper d’au revoir au couscous sur Island, une bien belle soirée, comme d’habitude.

Toute la nuit il a plu, mais il a plu fortement et il a venté. Au réveil, Island est toujours là ayant sagement préféré la relative quiétude du mouillage. Relative en effet, alors que nous étions à l’intérieur en train de faire de menus travaux, Yolène constate que nous recevons des vagues par le côté? Nous sortons en vitesse à l’extérieur pour constater que nous chassons! À ce moment, il pleut assez fort, nous levons l’ancre et nous décidons de prendre la balle de mouillage laissé par Ambition ce matin (ils quittaient pour Les Saintes). Nous prenons la balle de mouillage lorsque Alexis, un boat boy, nous informe que cette balle de mouillage n’est pas sécuritaire. Nous en prenons une autre, sécuritaire cette fois, un peu plus loin. Nous prenons ça relax pour le reste de la journée, il pleut assez régulièrement…c’est la vie et il y a bien pire!


Cheers les amis!

1 commentaire:

  1. Beau voyage! En espérant se voir cet été en Méditérranée!
    https://www.oui-cherie.com

    RépondreEffacer