lundi 21 novembre 2016


Étape importante accomplie…

Nous avons franchi la ligne d’arrivée à 21h21 le 15 novembre après exactement 10 jours et 7 heures de navigation. Nos derniers jours de navigation furent particuliers ; nous étions au près serré à 32 degrés du vent apparent. Impossible de serrer le vent plus que ça, c’était pourtant ce qu’il fallait faire étant donné notre parcours…comment nous sommes nous rendu à cette obligation de naviguer à cette allure extrême ?



Retour en arrière…

Le départ, pour la traversée, est devancé d’une journée afin que nous puissions profiter de meilleures conditions météorologiques, ce qui implique que l’horaire du vendredi, est complétement chamboulé. Au skipper’s meeting, les instructions de navigation nous sont « garochées », pas de support audio-visuel, c’est brouillon, on le « feel » pas. C’est le souper de départ, tout le monde rush : la consigne ce n’est pas d’alcool, pas de café et les gens semble n’avoir qu’une idée en tête, retourner à leur bateau au plus vite. Notre table est vraiment le fun : Ambition (Merrill, Maryse et Jean) et New Vison (Robert, Petra et 2 crew) mais tout le monde a la tête ailleurs. On quitte l’endroit rapidement et on va au bateau. Il nous reste un « to do » assez long pour le lendemain…On se couche en arrivant après avoir fait quelques trucs.

Au réveil, tôt, on met la main à la pâte pour préparer le bateau. Nous quittons la marina à 10h00, suivi de près par Kinship, un bateau ami avec Matthew, Kathleen, Paul et Lisa. Nous filons vers la ligne de départ : le Chesapeake Bay Tunnel-Bridge. Nous la franchissons à 14h21. Premier obstacle à franchir, le Gulf Stream. Ce courant qui contrôle et régule le climat de la côte est américaine jusqu’en Europe peut être complexe à négocier. Nous avons des informations contradictoires sur les points d’entrée et de sortie du Gulf Stream. Nous adressons un courriel au « rally control » et le lendemain matin, ce point est précisé. Nous sommes dans une machine à laver et le cycle en cours n’est pas « delicate » : ça brasse ! Nous finissons par en sortir, et là on a des vents au portant mais avec de la houle de 12-15 pieds et un peu de vague aussi mais le bateau se comporte super bien c’est rassurant. La nuit la navigation est magique : nous survolons les flots et le bateau, aidé de l’autopilote, est animé d’une vie qui lui est propre. L’autopilote, au début, nous le nommions «Trojan » à cause de sa propension à capoter, mais rapidement il nous est apparu clair que sans lui nous serions sans doute enclin à capoter nous-même… Bref, ça brasse mais le bateau et la mer ne font qu’un et tout se déroule super bien. Un matin au réveil, le vent est presque absent et tout ce qui subsiste c’est la houle : c’est comme un champ de vallons, un terrain de golf, c’est tellement beau. Le ciel est gris, ça se dégage et nous notons que la mer est maintenant d’un bleu profond, de toute beauté… Les planctons photoluminescents nous accompagnent et leur lumière est apaisante. Le jour et la nuit se succède et nous sommes comme engourdi…nous visons un cap de 148 degré nuit et jour et bouffons des milles marins. Parfois, nous avons des moments magiques, comme la nuit où nous naviguons vent de travers et où le vent forcit doucement et que le bateau va de plus en plus rapidement sous un ciel de presque pleine lune avec quelques nuages : c’est fou comme c’est relaxant et sans effort, souvenir impérissable. Nous avons une opportunité de sortir le spi pour faire du 60 à 70 degrés au vent apparent et la saisissons. Wow ! Super navigation pendant 5 heures, jusqu’au moment où la nuit venue nous devons entrer le spi : nous sommes deux et nous nous devons d’être prudent. Les quarts s’échangent en même temps que notre AIS personnel, cordon ombilical en cas de chute par-dessus bord : nous sommes constamment relié au bateau par des sangles et avons en tout temps nos VFI de la dernière technologie, la sécurité est notre crédo. Des nuages menaçant se profilent de plus en plus mais il ne sont pas chargé de vents violents comme au début de la traversée (Jean s’est amusé avec ceux-ci), non il y a juste de la pluie forte. Au radar, nous suivons leur progression. Heureusement, tous les nuages se dissipe à notre arrivé à leur hauteur. Terre en vue ! Nous fixons la proue du bateau et apercevons les Îles Vierges Britanniques, il est 17 h00, un peu fatigué, mais ragaillardi par cette vision, il nous reste une vingtaine de milles à franchir, les vents résultant des averses nous aident à mieux pointer notre destination, le soir tombe et Tortola s’illumine, c’est civilisé ici ? Nous devons changer de cap radicalement (de 90 degrés) pour 3 milles pour mieux franchir la ligne d’arrivée. Nous filons à plus de 7 nœuds, tout est calme un sentiment de devoir accompli nous envahi. Nous sommes heureux et fiers de nous. Nous n’aurions jamais pu faire ceci sans cette confiance mutuelle que nous nous portons : nous sommes une équipe, une équipe dynamique et pleine de ressource. Il nous reste une dizaine de milles pour atteindre la marina. Nous arrivons et la pluie (essentiellement absente depuis le départ) chaude des tropiques nous salue. Nous devons retarder notre entrée à quai…Nous sommes maintenant en approche finale mais il y a un soucis, notre safran (gouvernail) s’est décalé lors de la traversée et le bateau tourne maintenant beaucoup à gauche et très peu à droite…pas très grave, mais malheureusement nous devons tourner à droite pour notre entrée à quai. On négocie le tout comme il le faut. L’accueil qu’on nous réserve fait chaud au cœur : cris, trompette, cornes de brune et des gens le long du quai. Un rhum punch bien frais nous attend, cool, ça fait onze jours que nous sommes sans alcool. Nous nous couchons heureux et fiers : mission accomplie nous avons rejoint les caraïbes par la mer sans encombre et sans bris.

Les jours qui suivent seront consacrés à transformer le bateau du mode traversée en mode croisière. Nous croisons les bateaux amis au fil des 5h à 7h qui se succèdent. L’ambiance est définitivement plus relaxe que celle à Portsmouth, avant le départ… La soirée de remise de prix a lieu le 18 novembre.  C’est une des rares traversées où tous les bateaux inscrits arrivent à destination. Nous remportons le prix de « party boat » comme reconnaissance de notre bonne attitude en tout temps et de notre capacité à entrer en relation positive avec les équipages et pour notre enthousiasme à accueillir les bateaux. Nous sommes fiers, c’est drôle, Yolène avait un peu prédit que nous serions reconnus pour ceci : faut dire que s’est dans la nature des québécois de se démarquer pour leur joie de vivre et leur attitude positive…

Nous ne le dirons jamais assez, nous sommes fiers de cet accomplissement.

Le top 5 de la traversée du point de vue de capitaine Jean :

1.     Yolène, mon équipière et amoureuse, toujours là, beau temps mauvais temps

2.     « Trojan », notre fidèle autopilote, sans celui-ci point de salut

3.     Notre téléphone satellitaire, vielle technologie et ça fonctionne à tout coup

4.     Le bateau en général : solide, comportement prévisible, nous l’aimons vraiment

5.     Nos VFI (veste de flottaison) et AIS personnel : ça rassure et ça nous force à penser sécurité 24/7

Depuis samedi matin, les bateaux, un à un, quittent la marina… Nous quitterons, ce mardi, avec nos amis de Cygnus qui seront à bord pour 5 jours.  Nous explorons les BVI pour le prochain mois… et prendrons l’avion pour le Québec le 19 décembre prochain et y resterons jusqu'au 4 janvier.

Derniers préparatifs avant le départ 

Caffè Latte décoré
Caffè Latte en navigation

Meilleur endroit pour dormir durant la Traversée

Jean à la barre pour donner une pause à "Trojan"

Levée du soleil

Coucher de soleil

Miam...  Souper au cassoulet

Grosse pêche.... un poisson volant de 3 pouces...

Fiers d'avoir franchis la ligne d'arrivée...

Remise des prix sur la plage....
Caffe Latte 'best party boat' and always on the docks welcoming new arrivals

Avec Isabelle, l'organisatrice de l'évènement

Yolène et Maryse (Ambition)
La table des bateaux canadiens...
Le bonheur se voit !!!

3 commentaires:

  1. Allo à vous deux. Nous lisons votre blog avec un grad plaisir. BRAVO pour votre traversée et que la belle aventure continue...
    À très bientôt on se vera dans un port ou en mer...
    Petra et Robert, New Vision

    RépondreEffacer
  2. Un gros bonjour de Paul et Lisa (equipage de Kinship). Felicitation non seulement pour avoir accompli cette grosse tache a deux, mais aussi de votre nouveau titre de "party boat" :). Nous regrettons ne pas eu avoir la chance de vous dire aurevoir avant notre depart, mais nous allons suivre votre blog et nous souhaitons vous revoir encore bientot.

    RépondreEffacer
  3. un petit coucou depuis le bassin d'arcachon bravo à vous deux on est très fiers de votre exploit nous vous suivons avec beaucoup de plaisir
    de gros bisous de nous deux

    marc et annie

    RépondreEffacer