jeudi 4 août 2016


Retour en arrière…



Nous faisions les écluses, pépère, et nous avions pris un superbe quai à l’écluse 5. Génial, un quai tout neuf, un parc écologique, l’ombre d’un grand arbre : le bonheur. C’était le 11 juillet. Le lendemain matin, soleil, gazouillis d’oiseau au réveil, un peu de vent du nord pour nous pousser un peu, la journée s’annonce belle et bonne. On fait l’écluse no 5 sans problème, puis…Ta… : plus de carte marine…Arrrrrgh!



On reboote l’écran multi-fonction (émf), rien à faire. On change de carte micro SD, non, ce n’est pas ça. Jean se souviens d’un problème similaire au Lac Champlain : peut-être que c’est un des deux lecteurs qui ne fonctionne pas bien. Téléphone au directeur des ventes de notre émf. Après discussion, il marque quelques points, nous constatons que la carte électronique couvre le Canada et…l’est de l’Alaska ! Or toutes ces années, on a navigué au Lac Champlain (ce sont les US après tout) … Jamais effleuré l’esprit que notre carte n’était pas adéquate… Téléphone à nos amis, ils nous posteront une carte électronique pour les US à la Marina de Hop-O-Nose (là où nous avons remâté) pour une livraison le vendredi, 15 juillet.



Vendredi matin, toujours pas de carte, on fait un suivi : colis pris aux douanes. Arrrrrgh !! Il fait chaud, on en peut plus, on parle au patron de la marina de Catskill, il accepte de rediriger le colis à notre prochaine destination soit la Marina de la 79ième rue à New York, on lui dit qu’on y sera jusqu’à vendredi le 22 juillet. Entre temps, pas le choix, on achète une carte papier pour la Hudson : pas de carte c’est un peu stressant…  On vérifie régulièrement à la 79ième si le colis est arrivé : ben non toi. Et le colis n’est toujours pas là le 22. Comble de malheur, le proprio de la Marina de Catskill ne répond plus à nos appels du Lundi, du Mardi… 



On a un flash, nos amis de Juste Ciel sont peut-être à Catskill à cette Marina. On les texte, ils y sont !!! On leur parle et on demande à Michel de dire au proprio qu’on a besoin de lui et qu’il nous téléphone. Michel va voir le proprio et lui signifie notre désarroi. Le lendemain matin, 9h00 pile le 27 juillet, le proprio rapplique : il nous confirme qu’il va aller au bureau de USPS pour faire un suivi et que son téléphone aurait eu des problèmes de charge (mettons…). Vers 11h00, il nous appelle et nous dit que le colis est revenu à Catskill car ce n’était pas possible de livrer à New York ! Arrrrrgh !! Il va se charger de nous livrer le colis à notre prochaine destination, à Port Jefferson (nous y serons vendredi le 29 juillet). Pas de problème. Nous avisons la Marina de Port Jefferson que nous attendons un colis à l’attention de Caffè Latte.



Nous arrivons à Port Jefferson vendredi soir, vers 18h30. Nous prenons notre mouillage, douche rapide, on trouve le dinghy dock (là où on pose l’annexe). On va voir la préposée : pas de colis pour nous.  Arrrrrgh!!



On obtient les infos de USPS pour les contacter, à la première heure samedi matin (ben oui toi : les postes américaines sont ouvertes le samedi !). On obtient le tracking number du colis via le proprio de la Marina de Catskill. On téléphone à USPS et on leur donne le tracking number : le colis est de retour sur livraison et la madame qui va tenter de livrer le colis est dans un endroit près de la Marina de Port Jefferson durant la prochaine heure. On ne fait ni une ni deux : vélos, cash, immatriculation du bateau, tracking number, vestes de flottaison, réservoir d’essence, on verrouille le bateau : direction la terre ferme et la madame de USPS. On fait route vers le quartier en question, à vélo, à l’affut de tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à un camion de poste.



Première occurrence : Jean y va : non ce n’est pas ça, Yo poursuit la vigie…Deuxième occurrence : Yo fait signe qu’il faut tourner à droite, on s’approche…oui c’est un camion USPS mais, il est garé, pas de postier en vue… soudain une madame arrive à pied, clairement identifiée USPS. La question : avez-vous un colis pour Caffè Latte ? « Oui, il me semble bien, où l’ai-je mis déjà ? Ah oui, le voilà ! ». Après lui avoir prouvé que Caffè Latte était bien à nous et que nous étions en possession du tracking number, elle nous remet le fameux colis, avec, à l’intérieur, la fameuse carte. YÉÉÉÉ ! Ah oui, pour la petite histoire sur quelle rue qu’il était le camion de la USPS ? Je vous le donne en mille, la rue Barnum : comme dans le cirque Barnum & Bailey ; car s’en fut tout un cirque récupérer cette foutue carte. By the way, nous écrivons ceci en buvant quoi vous pensez ? Du Bailey’s, comme dans le cirque en question) : un choix qui s’imposait non ? Cheers !!!



Long Island Sound se poursuit…



Finalement, parce qu’il n’avait pas de vent pour se rendre à la prochaine destination mais surtout, parce qu’on attendait ce fameux colis, nous avons ancré 3 nuits dans la Baie de Manhasset.  On profitait de ces journées pour aller faire des courses et des petits travaux sur Caffè Latte.  Par contre, dès que le propriétaire de la Marina s’est manifesté, nous avons compris qu’il n’était plus nécessaire d’aller à NYC mais plutôt d’aller vers notre prochaine destination.



On est donc prêt à lever l’ancre, par contre, on a besoin de faire un pumpout (vider le réservoir des toilettes) avant d’entreprendre notre navigation…  Ce n’est pas si simple !  On pourrait même dire que c’est de la mar……..  On a fait plusieurs appels auprès de marinas à proximité pour se faire dire que soit leur machine est brisée ou soit que ce n’est pas assez profond, au quai de service, pour notre bateau…   On trouve donc, finalement, une marina dans le baie voisine, Hempstead Harbour où l’on s’y rend à moteur (il n’a toujours pas de vent pour qu’on s’amuse à voile !).  Dans cette baie, on a un feeling de déjà vu du Lac Champlain, on a l’impression d’être à Mallet’s Bay…  vers 18h00, plusieurs bateaux apparaissent, le vents se lève : il y a une course de voile entre locaux.



On oubliait, tous les couchers de soleil sont assez magnifiques, on est toujours bien ancré pour les voir…



Une image vaut mille mots...



On poursuit notre chemin puisqu’il y a beaucoup à voir au cours du prochain mois (on a l’impression qu’on va manquer de toit…)  La vie est bien belle !!!  On fait donc route vers la baie Huntington, à moteur…  À l’entrée de la baie le vent se lève… 5 Noeuds (10 km/h), yé, on lève les voiles et on s’amuse pendant 1h30 !  On entre à moteur dans la baie où il faut vraiment vérifier les profondeurs… Nous sommes maintenant assez à l’aise de naviguer dans du 9-12 pieds de profond (alors que notre tirant d’eau, avant de toucher le fond, est de 7 pieds) ….

1 commentaire:

  1. on vous envie.souper chez Andre et Manon pour voir Gabriel qui part étudièr en Allemagne pour un an. Avons hate de jouer au toc on a pas trouve à vous remplacer lise geraed Manon et andreXxx

    RépondreEffacer