dimanche 23 juillet 2017

Grenade


La Grenade a beaucoup à offrir en termes d’activité, de choses à faire et à voir.

Jeudi, nous sommes allés à un cours de cuisine donné par deux femmes de Grenade. Le cours est assez informel : nous ne recevons pas les recettes sur du papier à la fin du cours… Non, si on veut la recette, il faut prendre des notes, insister pour avoir les quantités à utiliser. Par contre, on nous invite à voir de quoi a l’air ce qui se brasse dans les marmites. Les recettes présentées étaient en lien avec la « semaine du chocolat » qui se tient en Grenade. Nous avons eu droit au riz au chocolat et un poulet au chocolat. Nous vous rassurons tout de suite, le goût du chocolat est présent mais tout de même assez subtil. À refaire ? Peut-être bien que oui…



Nous avons aussi fait deux découvertes intéressantes : à quelques minutes de marche de la Marina, il y a une micro-brasserie/restaurant tenus par des britanniques et qui semble des plus sympathiques…nous nous promettons d’y aller faire un tour, peut-être ce soir? L’autre trouvaille est un « wine shop » assez « classe » où des vins d’un peu partout dans le monde sont vendus. Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets… Nous sommes amateurs de pinot noir et nous avons trouvé pour environ 10$ Cnd un vin très correct… youppi !

Nous faisons des randonnées en montagne et vendredi nous avons, toujours accompagnés de nos amis Petra et Robert, fait le Mont Ste-Catherine. C’est le plus haut sommet de la Grenade à 840m. Notre « cruising guide » était muet sur la question… Nous avons pris un bus et nous avons demandé au chauffeur s’il se rendait à l’endroit où débute la randonnée du Mont Ste-Catherine. À notre arrivée, notre chauffeur nous informe qu’il avait demandé à un guide de venir nous parler de cette randonnée et de nous offrir ses services. C’est quand même sympa, non? Nous acceptons l’offre du guide (finalement ils seront deux à nous accompagner) et nous constatons que sans guide s’eut été impossible de rallier le sommet. Une jolie rando d’un peu plus de six heures dans la forêt tropicale.

Les souliers de Yolène ont rendus l'âme durant la randonnée...
A la fin, les semelles tenaient par des tie wrap...

Antenne au sommet du Mont Ste-Catherine...
Vous comprenez pourquoi internet n'est pas toujours accessible...



Hier après-midi, en ce samedi, c’est jour de « hash » en Grenade. Le hash, c’est une sorte de randonnée en forêt pour marcheurs et coureurs qui ont un problème d’alcool... ou plutôt, des buveurs qui ont un problème de course… En effet, avant et après le hash, il y a de la bière en jeu. Avant le hash, toutes les personnes qui ont des chaussures neuves doivent boire une bière qui a été versée dans un des dits soulier. Après le hash, toutes les vierges (ceux qui font le hash pour la première fois) sont rassemblées et après que le discours d’intronisation soit prononcé, les vierges se font copieusement asperger de bière. Le hash, lui-même, se déroule dans la montagne où des petits tas de papier déchiqueté (d’où hash, papier haché) sont déposés pour marquer le chemin à suivre. Quand c’est un cercle, il faut prendre une décision sur le sentier à suivre, si on croise un « X » c’est qu’on s’est trompé et qu’il faut rebrousser chemin. On a droit de demander aux autres participants si on est sur le bon chemin en disant : « Are you? » si la réponse est : « On, On » c’est que nous sommes sur la bonne voie. C’est très sympa et c’est l’occasion de rencontrer toutes sortes de personnes. Nous sommes allés avec nos amis de Mr. X, Manuella et Ian, que nous avions connus en Dominique et qui sont à l’ancre juste derrière nous. Sur place nous avons croisé un français, Pierre-Jean qui a une business de sorties en catamaran à partir de Port-Louis. Ses catamarans sont très particuliers, ils sont l’œuvre d’un précurseur hollandais dans la construction de ce type de bateau. Nous nous sommes promis d’aller faire un tour sur ces jolis bateaux, nous vous en reparlerons dans le blog. Bref, le hash c’est vraiment un truc sympa et à refaire pour sûr!

Elle boit une bière dans sa nouvelle chaussure...

À la fin du hash.  Jean, Manuela et notre nouvel ami, Scott,
avec qui nous avons terminé notre randonnée...


Nous sommes officiellement des Hasheux..


D'autres photos du hash sont à venir...
À bientôt !     

mercredi 19 juillet 2017

Grenade et Don...


Nous avons passé deux nuits, à True Blue à une balle de mouillage, c’est une jolie baie, et c’est une des bases de Horizon Yacht dans les Caraïbes. La marina est assez belle et il y a un restaurant et un hôtel. Les bus sont accessibles de là, il faut compter environ une dizaine de minutes de marche pour se rendre à l’arrêt d’autobus. C’est peu rouleur et nous y passons de bonnes nuits de sommeil.


Au matin de la deuxième nuit, nous décidons de retourner vers St-George pour, entre autres aller à Dragon Bay et à Molinière Point où de nombreuses statues ont été déposées au fond de l’eau ce qui en fait un endroit intéressant pour la plongée en apnée. Nous retournons en fin d’après-midi à St-George presqu’au l’endroit exact où nous avions jeté l’ancre…malheureusement, un bateau nous a « piqué » « notre » place quelques minutes avant que nous n’arrivions… Nous ne sommes pas très satisfaits de notre ancrage : l’ancre peine à crocheter car le fond est constitué de corail brisé et qu’il y a que très peu de sable. Avec des vents de plus de 20 ou 25 nœuds nous sommes d’avis que notre ancre ne retiendrait pas le bateau…

Néanmoins avec des vents prévus d’une quinzaine de nœuds, nous partons pour une randonnée aux Concord Falls avec nos amis de New Vison, Robert et Petra. Nous nous y rendons en annexe puis en bus. Il y a trois chutes le long de la Concord. Nous avons aussi un autre projet : ramener des avocats et autre fruits cueillis dans la forêt sur la route menant au Concord Falls. Un guide nous accompagnera pour la deuxième et la troisième chutes. L’eau des piscines en aval des chutes a une température parfaite : c’est rafraichissant et la peau devient très douce, c’est le bonheur. Notre groupe compte dix personnes au total y inclus le guide : une famille de la Grande Bretagne s’est jointe à nous. Nous nous baignons dans chacune des trois piscines avec un bonheur renouvelé. Nous réussissons à cueillir quelques avocats, du basilic… Une très belle randonnée. Au retour, nous apprenons qu’une dépression, Don, est en train de s’organiser un peu à l’est de la Grenade et une des trajectoires possibles la ferait passer au sud de la Grenade, où nous sommes.
Première chute, elle fait 60 pieds...

Deuxième chute, la plus belle, à notre goût!



Troisième chute




Nous sommes lundi, fin d’après-midi, et l’œil de Don serait à la hauteur de la Grenade dans la nuit de mardi à mercredi. Nous attendrons à mardi matin pour statuer sur notre plan de match face à cette situation. Parmi nos options : aller à la marina à St-George ou aller à Prickley Bay, la grande baie un peu à l’est de True Blue. Nous nous levons tôt mardi pour aller sur le site de la National Hurricane Center : Don va effectivement se diriger vers la Grenade, les vents seraient d’une cinquantaine de nœuds soutenus avec des rafales un peu plus fortes. Nous écoutons aussi le « Cruiser’s Net » à 7h30 et la discussion s’anime un peu autour de la météo : le bulletin de la NHC est lu et un plaisancier rapporte les propos du gourou de la météo Chris Parker qui lui estime que Don est un système compact dont le ressentit du passage ne durerait qu’une heure avec des vents d’une cinquantaine de nœuds… Bref, y va y avoir quelque chose d’incompatible avec le fond marin en contact avec notre ancre…nous décidons de filer vers Prickley Bay. Nous levons l’ancre vers 8h15.

Nous arrivons dans la grande baie vers 9h45 et nous trouvons un bon endroit qui nous semble très bien protégé au fond de la baie. Nous préparons le bateau pour les vents annoncés : nous enroulons un cordage autour de la baume pour bien ficeler le « lazy bag » autour de la grande voile, nous passons les écoutes autour de l’étai pour bien arrimer le génois autour de l’étai, nous enlevons quelques babioles sur le balcon arrière, nous attachons solidement l’annexe au bossoir et au bateau. Nous sommes sereins et confiants d’être prêts pour Don.

En écoutant le « Cruiser's Net », ce matin, nous avons appris que Don est passé à 20 milles marins (40 km) au sud de la Grenade, ce qui fait qu’il a plu un peu, que nous avons eu un peu de vent mais pas du tout ce qui avait été prévu. Qui s’en plaindra ? Pas nous. Cheers !

samedi 15 juillet 2017

Grenade pour un long séjour...


Un grain se dirige sur nous durant la navigation
En ce vendredi, 7 juillet, nous quittons Carriacou pour se rendre en Grenade.  Nous levons l’ancre à 8h30 croyant avoir à faire une navigation d’une vingtaine de milles marins… erreur, notre mémoire nous a joué un tour, en fait, il s’agit plutôt d’une ballade de 34 milles marins. Les vents sont comme prévus à 10-15 nœuds. Nous partons avec notre pleine voilure au portant puis au travers. Nous prenons soin de laisser sur notre bâbord le périmètre de sécurité de 1,5 km du volcan sous-marin « Kick ’em Jenny ». Dès que nous atteignons l’île de Grenade, le vent tombe. Nous enroulons le génois, gardons la GV en place et lançons le moteur : nous faisons du « motorsailing ». Cette technique permet de prendre avantage du peu de vent présent, avec l’aide du moteur, nous accroissons la vitesse du bateau, augmentant ainsi le vent « apparent » et ainsi le bateau bénéficie de l’apport du moteur et de la voile pour se propulser. Nous arrivons dans la baie de St-George vers 15h30, sous un soleil magnifique. Ici, nous sommes tout près de la capitale, ce qui n’empêche pas l’eau d’être hyper limpide et accueillante pour la baignade ! Nous amis de New Vision sont non loin de nous.

Nous serons en Grenade jusqu’en septembre. Notre bateau sera sorti de l’eau à la Marina de Clarkes Court le 11 août, d’ici là, notre objectif est de découvrir la Grenade : l’île aux épices.
Marina où le bateau sera sorti de l'eau
Dimanche, en après-midi, nous allons sur la plage magnifique de Grande Anse en compagnie de Petra et Robert. Nous achetons un collier d’épices (clous de girofle, muscade, cannelle et autres) négocié à 15 EC par les filles : good job ! Ce collier embaumera le bateau de ses parfums…


St-George vue de la plage de Grand Anse
Lundi, nous avons un tour de l’île dans un minibus avec Cutty et sa fille Maya. Nous quittons à 9h00 et nous revenons à 17h00, entre temps nous aurons découvert une portion de cette île magique. Cutty nous parle de l’histoire de son pays et nous montre ce que la nature a de meilleur à nous offrir : épices (cannelle, muscade, girofle, etc…), fruits (mangues, caramboles, pommes, ananas, bananes, limes, avocats etc…). Il nous amène à des endroits où nous pouvons cueillir ces fruits gratuitement…et nous en profitons ! Nous allons aux chutes Anandale : wow !  Nous avons droit aussi à la rencontre de singes « mona », ils sont mignons comme tout et très habiles pour prendre les bananes que nous leur tendons.
Vue de l'ancrage, à St-George

Cutty nous offre de la cannelle et du curcuma







Sous la pelure rouge, se trouve une muscade

Les cabosses de cacao

Des caramboles

Nous dinons dans un lieu magnifique où la nourriture est à la hauteur de la beauté des lieux, au préalable nous avons visité deux chocolateries artisanales.

Après le repas, nous visitons la rhumerie Rivers, où les techniques de production n’ont pas changé depuis 1850 : une gigantesque roue hydraulique fournit l’énergie nécessaire au broyage de la canne à sucre. À l’aide de la bagasse (résidu de canne à sucre broyée), une chaudière est alimentée pour concentrer la teneur en sucre du jus de canne de 5% à 15% (c’est la seule rhumerie visitée qui procède ainsi). Par la suite, la fermentation à l’air libre a lieu dans des bassins en béton. Le « vin » est par la suite distillé dans un alambic très simple, alimenté en énergie par la combustion du bois, où il atteindra un minimum de 75% d’alcool. L’embouteillage est réalisé à la main. Nous achèterons une bouteille de rhum Rivers à 75% : parfumé à souhait.

Roue hydraulique pour alimenter la machine qui broie la canne à sucre

Cuve de fermentation ouverte, de la chaleur s'en dégage

L'alambic multi-centenaire

Un travailleur, sa tâche: remplir les thermos à jus de rhum...

Le remplissage se fait à la main...
Mercredi, nous allons avec New Vision à Grand Étang. Nous empruntons le système de transport en commun de l’île : assez impressionnant. Des minibus sillonnent l’île sur 9 trajets différents, on n’attend pas plus de 10 minutes pour voir arriver un bus et le coût d’un trajet varie entre 2,50 et 5,00EC (entre 1,25$ et 2,50$ canadien). Nous faisons la randonnée du Mont Qua Qua dans des conditions un peu boueuse, « rain forest » oblige… Ici, il tombe environ 160 pouces de pluie par année (environ 4m). Au niveau de la mer, à St-George, il en tombe quatre fois moins. Une belle randonnée de 2h30.



Nous retournons à St-George après le lunch et nous nous arrêtons au « fish market ». Surprise : grande variété de l’offre (mahi mahi, requin et thon) à des prix incroyables. Le thon se vend 7,50EC la livre (3,75$ CND pour nos lecteurs français, 2,75Euro) et le requin 5,00EC la livre (2,50$CND) : qui dit mieux ? Nous prenons 4 livres (2Kg) de thon que nous mangerons en tartare et en steak sur le BBQ : miam !!! On se promet d’y retourner pour le requin que nous ferons en fish burgers sur le BBQ…

Jeudi, nous faisons des menus travaux à bord et en après-midi, Jean et Robert vont à terre pour s’informer de frais de douanes pour les pièces pour le bateau que nous ramènerons du Québec. Il a plu toute la nuit… et encore, vendredi tout l’avant-midi… En plus, ce fut une nuit rouleuse…  Bref, après le lunch, nous quittons la baie pour se rendre à Blue True Bay, 5 milles marins plus loin : endroit tranquille et relaxe.      

jeudi 13 juillet 2017

Carriacou.. encore!


Notre retour à Carriacou n’était pas anodin : nous aimons cette île, bien sûr, mais nous voulions aussi refaire quelques plongées. Dès notre arrivée, nous nous dirigeons vers Lumbadive, pour saluer les proprios Diane et Richard et les informons que nous voudrions faire deux plongées, lundi, le 3 juillet. Nous nous présentons donc comme prévu lundi matin et là on nous propose de faire notre certification de plongeur avancée. Il faut faire 5 plongées différentes pour devenir plongeur avancé : nous acceptons sur le champ!
Nous ferons, en premier, une plongée profonde à Sister Rocks où nous sommes allés à 96 pieds, suivi d’une plongée de perfectionnement de la flottabilité à Tropical Hill avec des exercices vraiment cool : passer au travers des cerceaux, faire des pirouettes verticales et horizontales… Le lendemain, nous poursuivons, cette fois, avec une plongée sur épave à Rose Wreck avec comme entre autres objectif de mesurer la longueur et la largeur de l’épave. Par la suite, nous avions une plongée orientation dont un des exercices est de faire un carré de 100 pieds par cent pieds que nous avons réussi haut la main.
















Le mercredi, 5 juillet, nous profitons d’une journée de pause (de plongée…) pour aller avec New Vision à Sandy Island et à Paradise Beach puis à l’Anse la Roche, le lendemain matin. Wow ! C’est à deux pas de Tyrrel Bay et c’est totalement différent et magique : nous faisons de l’apnée, marchons sur la plage et profitons de la vie relaxante des Caraïbes.
Sandy Island...
Caffè Latte, New Vision et Sandy Island

Paradise Beach...
Anse la Roche...
 





Jeudi dernier, en début d’après-midi, nous quittons Anse la Roche et retournons à Tyrrel Bay en vue d’une plongée en fin de journée : une plongée de nuit. Nous sommes un peu excités à l’idée de plonger la nuit. Pour faciliter le tout, en fait, nous entrons dans l’eau environ 5 minutes avant le coucher du soleil : cela permet une transition plus facile. Nous nous élançons les uns après les autres mais Jean a un problème d’équilibrage de ces oreilles, il doit remonter à la surface 2 fois pour finalement régler le problème.  Entre temps, Yolène observe que la bouteille de Jean a une fuite d’air. Elle le signale à l’instructeur, Diane passe l’embout de secours à Jean pendant que Steven le divemaster règle la fuite sur la bouteille de Jean : un problème de « o ring » (joint torique) mal calé… La plongée de nuit peut enfin commencer… La nuit, le comportement des créatures sous-marine est différent : les langoustes sortent de leurs cachettes et se baladent tranquillement, certains poissons dorment au fond de coraux nommés « vases ». La présence de torches étanches distribuées à chacun de plongeur rend les couleurs encore plus spectaculaires que le jour. Bref, la plongée de nuit est un exercice à refaire. Après la plongée, nous nous retrouvons tous au resto pour une pizza et quelques bières bien méritées : après tout nous sommes officiellement des plongeurs avancés !




Les langoustes...  miam... et non, nous ne sommes pas dans la saison...
il est donc interdit d'en pêcher... 


C'est nous, à la fin de la plongée avec nos lampes de poche!!!

P.S. Merci à Lumbadive pour les magnifiques photos lors des plongées ainsi qu'à New Vision pour les photos sous l'eau.... On a hâte d'avoir notre appareil photo qui pourra aller sous l'eau...

Nous avons quitté Carriacou, le 7 juillet dernier, pour passer les deux prochains mois à Grenade.  On vous revient avec nos découvertes de l’île!