mardi 9 octobre 2018

Faro et Ria Guadiana, Portugal / Cadix et Séville, Espagne



Désolé d’avoir pris un peu de retard dans le récit de notre aventure…. Plutôt très occupés à visiter l’Andalousie…  Nous sommes présentement dans une marina à Cadix et Yo a une petite sinusite (l’air climatisé du train…) alors, nous profitons de ce moment pour nous remettre à jour !!!

Alors que nous étions toujours à l’ancre à l’entrée du port de Olhao/Faro, le 23 septembre dernier, nous empruntons un traversier pour se rendre à Faro. Nous sommes contents d’avoir pris le traversier car avec notre bateau, il eu été très stressant, mettons, de s’y rendre : peu profond et peu d’indices (lire, pas de bouées) pour se déplacer à certains endroits. C’est une jolie petite ville, c’est dimanche et on apprécie la relative tranquillité. Nous lunchons dans un resto et c’est excellent : on aime la pieuvre! Nous retournons au bateau en après-midi et nos amis de Sweetie arrive dans la baie. Le lendemain, nous faisons une marche sur la plage à l’ïle déserte et Yolène en profite pour faire du SUP. Nous faisons un 5 à 7 avec Sweetie.






Nous quittons l’endroit le 25 septembre, nous levons l’ancre à 8h30, sous moteur à cause de la direction du vent, mais les dernier 5MM seront sous voile et forts agréables. Nous jetons l’ancre dans le Guadiana (« gua » signifie rivière en arabe et « Diana » est le nom d’une princesse arabe), du côté espagnol, juste avant le pont qui relie le Portugal à l’Espagne…Nous y resterons quelques jours, c’est calme ici et selon les marées, montante ou descendante, l’étrave pointera respectivement côté mer ou côté rivière et ce, peu importe la direction du vent !!!  Et oui, le courant l’emporte sur le vent !!!


Ceci est le 4e "backup" pour notre lumière de mouillage…
Le 2e et 3e backup, nous ont lâchés en même temps!!!
Nous en profitons pour aller visiter Vila Real de Santo Antonio, côté portugais. Très mignonne petite ville, beaucoup de rues piétonnières et un excellent supermarché. Nous prenons nos vélos pour aller visiter la ville Castro Marim.  On y fait la visite du château et de la forteresse datant du 12ième siècle, c’est assez sympa.



Champ d'oliviers et marais salant






Du côté espagnol, Ayamonte est bof, petit shipchandler, marina et un hyper Dollorama (bazar chinois).

Nous nous réancrons dans le Guadiana, cette fois plus près de l’embouchure, c’est un peu plus bruyant et il y a plus de vagues car les pêcheurs sont plus près de nous, mais ça va. Le lendemain, nous faisons les « touristes » et prenons un bateau qui remonte le Guadiana jusqu’à Foz de Odeleite, où vivent 25 familles. Après une visite guidée assez instructive (on y apprend entre autres que la fève d’un arbre contenant 24 graines et est à l’origine de la mesure de la pureté de l’or (ie 24 carats…) nous allons prendre une bière sur le bord d’une piscine. Nous avons droit à un lunch succulent de poulet portugais en compagnie de Français habitant Strasbourg. Très sympa. Les guides chantent des chansons typiques du Portugal pendant le repas et c’est vraiment bon enfant! Super belle expérience.



Chaque couleur sur la maison représente
le patronyme de la famille...

Coralie, cette photo est pour toi…
De belles grosses olives...





Le 1er octobre, début de la basse saison dans les marinas, nous levons l’ancre à 7h30 en direction de Cadix à moteur puis sous voile, les vents étant plus légers que la prévision météo nous choisissons de nous rabattre sur Chipiona pour y passer la nuit… Oh boy, quelle nuit. Ça roule en grand jusqu’à 3h du matin, heureusement nous « dormons » dans la cabine arrière, dans le sens la largeur du bateau, c’est plus confortable… Nous avons perdu 2 poissons durant notre navigation et un leurre aussi…quand ça va mal 😉.

Immédiatement après le déjeuner, nous levons l’ancre pour Cadix et saluant nos amis de Sweetie qui sont arrivés, avec des invités à bord, vers 18h30, la veille. Nous naviguons sous moteur faute de vent mais nous nous avions toutefois notre grande voile pour aider à la propulsion du bateau. Nous jetons l’ancre dans un endroit un peu bizarre, mais recommandé pour la baignade et la pêche, ce qui s’avère car des pêcheurs ont sortis leurs cannes à pêche du haut du mur brise lames et un nageur fait des longueurs non loin du bateau. C’est un endroit bizarre parce que nous sommes en plein milieu d’un « V » formé de deux brise lames qui protègent la marina. Pour l’heure c’est très calme, nous avons accès à internet dans un bar à Cadix et nous constatons, en prenant notre météo, que les vents soufflerons de l’est ce soir entre 15 et 20 nœuds… euh, nous ne serons pas protéger des vents d’est car c’est le côté ouvert du « V »… nous avons confiance en notre ancre, le fond est de vase à bonne tenue mais le derrière du bateau fera face au « V »…ce n’est pas l’idéal. Nous nous réveillons effectivement quelques fois durant la nuit pour prendre nos repères et nous rassurer. Au matin, nous allons à la marina pour voir s’il y a une place pour nous et nous y allons car les vents d’est seront présents pour les prochains jours… donc le bateau sera heureux, et nous aussi, de pouvoir se faire laver à grande eau : les joies de la marina! Ça doit faire deux mois qu’il fait beau sans arrêt, jamais de nuages dans le ciel, jamais de pluie : c’est fou, il fait plus beau ici que dans les Caraïbes…

Nous pourrons utiliser nos vélos, ici, à Cadix car il y a des pistes cyclables et de larges trottoirs qui sillonnent la ville : nous adorons cela! Nous attaquons la visite de Cadix armés d’une carte de la ville trouvée à l’information touristique lorsque nous y avons posé pied. C’est une vieille ville et comme toujours les rues ne sont pas à angle droit, il y a des sens uniques : nous sommes toujours à regarder le nom des rues pour pouvoir nous repérer sur la carte. Cadix est une très belle ville dont l’histoire remonte aux Phéniciens, donc avant la naissance du Christ. Il y a des vestiges, très bien aménagés et qui valent le détour, d’un théâtre romain de 10,000 places. À cette époque le mime et le pantomime était fort apprécié à Cadix. Nous nous déplaçons à vélo et c’est heureux ainsi car de la marina au centre-ville on doit compter une bonne demi-heure de marche alors qu’à vélo on y est en dix minutes maximum. Nous visitons une exposition d’art sacré dans la cathédrale de Cadix : assez impressionnant les tableaux, sculptures et reliques provenant des diverses régions d’Espagne et rassemblées pour célébrer le 750ième anniversaire de la reconquête de Cadix par les Chrétiens. Malheureusement, il est défendu de prendre des photos… Puisque sur la côte Atlantique, Cadix regorge de plages et comme partout ailleurs ses habitants en profitent. Une belle piste cyclable longe la côte rendant la découverte de cette jolie ville très agréable. De nombreux parcs et places sont présents partout et sont fort bien entretenus : que demander de plus?

Monument symbolique représentant la constitution de 1812

Hôtel de ville


Passage sous les gradins du Théâtre romain

Théâtre romain

Dôme en or de la cathédrale


Tour de la cathédrale
dans laquelle nous sommes montés

Petit arbre….

Château de Santa Catalina





Encore des plages...

Un des nombreux parcs

La belle de Cadix…
euh…  Les belles de Cadix!!!


Nous voulons, à partir de Cadix, aller visiter Séville en prenant le train, nous voulons y amener nos vélos et y coucher une nuit à l’hôtel. Nous quittons Caffè Latte, en vélo, tôt vendredi matin, le 5 octobre, pour nous rendre à la gare, y acheter nos billets pour le train de 8h40. En Espagne, les gens vivent à l’heure avancée mais de deux heures, ce qui fait que le soleil, au début octobre, se lève à 8h30 et se couche à 20h00… Nous filons donc à vélo vers la gare à la noirceur! Nous montons à bord du train, très moderne et confortable, et nous arrivons à Séville 1h40 plus tard. Nous nous arrêtons à un kiosque d’info tourisme et le préposé nous apprend que seulement 3 des 18 hôtels, avec lesquels il fait affaire, ont encore des chambres pour cette nuit. Conclusion, il sera difficile de trouver une chambre et il vaut mieux s’y attaquer tout de suite. Ce que nous faisons. Des pistes cyclables sillonnent la ville et nous arrivons sans peine à l’endroit où il y a forte concentration d’hôtel, d’hostal et de pensao, au cœur de la vieille ville. Pas de chance, nous faisons au moins une douzaine d’endroits et seule une pensao délabrée (et où ça ne sent pas très bon) a une chambre pour nous…que nous déclinons. Nous allons un peu en périphérie de la vieille cité et nous tombons, pure chance, sur un mignon petit hôtel où, une chambre, au rez-de-chaussée, est libre. Ok c’est bon on prend! Après s’être débarrassés de nos bagages nous partons en vélo à la recherche d’un resto pour casser la croute puis nous repartons visiter la ville : c’est vraiment JOLI Séville. Tout est beau, les maisons sont coquettes et superbement entretenues, idem pour les commerces, les monuments historiques, les parcs et les pistes cyclables. Nous allons voir la Torre del Oro, le théatre, l’université, la Place d’Espagne et allons de l’autre côté du Guadalquivir pour y découvrir le quartier des bons restaurants de Séville : c’est top !!! Retour à l’hôtel, douche et apéro à la chambre et nous repartons, à pied cette fois, en direction du secteur resto. Nous en faisons le tour, y croisons des québécois très sympa et nous trouvons un resto de tapas qui nous apparaît très bien. Nous nous installons sur la terrasse au 3ième étage, avec vue sur la ville et en prime une guide/instructeur de flamenco assise à la table voisine. Elle nous parle avec passion de sa ville et des choses à voir et à faire. Le repas est délicieux : 5 tapas à partager dont un à la queue de taureau! Wow! Nous sortons de table et profitons de la douceur de la soirée pour flâner le long du Guadalquivir. De jeunes gens sont sur des SUP, poussés par le courant, dans la noirceur de la nuit. Trop nice. Nous rentrons à l’hôtel assez tard et heureux.


Torro Del Oro et le Guadalquivir

Le théâtre

La place d'Espagne...





Nous devrons nous lever tôt le matin car l’Alcatra, résidence des rois à Séville depuis le 13ième siècle, est assailli par les touristes et les portes ouvrent à 9h00. Nous sommes dans la file dès 9h30 et au bout d’un peu plus d’une heure nous débutons la visite avec nos audio-guides. L’influence des Maures (arabes) est partout présente dans l’architecture et dans la décoration de lieux : c’est spectaculaire, nous adorons! Nous allons luncher puis nous retournons visiter la ville en après-midi. Nous prendrons un dernier repas avant de prendre le train de 20h10. Nous arrivons au bateau, sans encombre vers 22h00, frontales allumées.

Quelques photos d'Alcatra… dans toute sa splendeur… et les détails...










Hall d'entrée d'une maison...




Structure en bois…  Un monument signature de la ville!!!

Nous nous sommes fait des amis à la marina, un couple de Halifax, James et Shelley. Ils sont super sympas et nous les revoyons le lendemain à leur bateau pour un apéro : c’est notre deuxième soirée avec eux et ça clique entre nous. Ils iront également à Séville pour 2 jours et nous parlons de nos plans futurs au Maroc… 

Pour l’instant, nous resterons à la marina dans l’attente d’un colis (merci Luc et Mary!!) contenant des lunettes de soleil et notre appareil photo et d’une fenêtre météo nous permettant de bouger vers Barbate, sur la côte Espagnole, nous rapprochant ainsi de Gibraltar. 
À très bientôt les amis!